Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Orléans : la commission de sécurité sévit dans les bars et clubs

03 octobre 2017 à 11h06 Par Benoit Billot
Crédit photo : Le Cuba Libre à Rouen

Vendredi, quatre bars et un club orléanais ont eu la visite de la commission de sécurité. Un bar a fermé ses portes.

On ne rigole pas avec la sécurité. Vendredi 29 septembre au soir, la sous-commission départementale de sécurité et d’accessibilité s’est rendue à nouveau dans plusieurs bars et clubs de la ville. Une visite nécessaire afin de contrôler les établissements ayant une salle en sous-sol. Les alarmes ont été vérifiées et en cas d’incendie, une étude a été réalisée concernant d’éventuelles évacuations. Déjà en juillet, une première visite avait été rendue par la commission sans qu’aucun établissement ne ferme ses portes. Cette fois-ci, la donne a changé.

Le Club XV contraint à fermer

La commission de sécurité a été plus dure que lors de sa première venue. Trois avis défavorables avec une demande de fermeture ont été déposés par cette dernière lors de six visites. Vendredi soir, c’est le Club XV, rue de la Bretonnerie, qui a fermé son établissement pour la soirée. Dans le viseur de la commission, on retrouve le Cotton Club place Louis XI, le Moog rue de l’empereur, le Manoir rue Etienne Dolet et le Bistrot de l’empereur rue de l’empereur. D’autres tournées de la commission sont à prévoir dans les prochaines semaines.

Le drame de Rouen

Le but est relativement simple pour la commission : éviter le même drame qui a eu lieu en août 2016 dans un des bars de la ville de Rouen. Quatorze personnes avaient perdu la vie suite à un incendie dans une salle en sous-sol du bar Le Cuba Libre. Sept autres personnes avaient été gravement blessées. Alors qu’elles fêtaient un anniversaire, le piège s’était refermé sur elles. Les familles des victimes sont en colère car cette pièce n’était pas à la norme et le départ de feu avait eu lieu à cause des flammèches des bougies. Aujourd’hui, les deux gérants du bar attendent leur jugement et ils encourent la peine de cinq ans d’emprisonnement. Le procès devrait avoir lieu en 2018. Le bar a été définitivement fermé.