« Parcoursup perpétue les inégalités sociales » selon l’Union nationale lycéenne

FORUM
Un peu plus de 17 800 offres de formation sont proposées sur Parcoursup cette année.
Crédit: Pixabay

22 janvier 2021 à 5h00 par Guillaume Pivert

La plateforme Parcoursup a ouvert mercredi 20 janvier. Les élèves de Terminale ont jusqu'au 11 mars pour formuler leurs v-ux.

Le second trimestre n’est pas encore terminé que les lycéens de Terminale doivent déjà penser à leur orientation. La plateforme Parcoursup a ouvert mercredi. Les futurs bacheliers ont jusqu’au 11 mars prochain pour formuler des vœux. « Il n’y a pas encore eu de crash de la plateforme! », ironise Mathieu Devalminck, le président de l’Union nationale lycéenne (UNL). Le site est en revanche, comme les années précédentes, la cible de critiques. 

Parmi les nouveautés de cette année, la prise en compte des notes de spécialités de terminale qui compte pour 32% de l’évaluation au bac. Bonne nouvelle toutefois : Jean-Michel Blanquer a annoncé ce jeudi la suppression des épreuves de spécialité du Bac qui devaient débuter en mars prochain. Le ministre de l’éducation nationale a précisé que les résultats seront calculés sur la base des moyennes des trois trimestres. Et donc, ce sont les moyennes des deux premiers trimestres de chaque enseignement de spécialité qui seront prises en compte dans Parcoursup. Un soulagement pour les élèves, en difficulté cette année à cause du Covid. Ecoutez Mathieu Devlaminc, président de l’union nationale lycéenne...

Écouter le podcast

Inégalités persistantes

Le contexte n’est pas non plus favorable aux lycéens dans leur recherche de formation, selon Mathieu Devlaminck. D’autant que les années précédentes, des bacheliers se sont retrouvés sans formation à la fin de l’été. En, 2019, ils étaient un millier dans ce cas à la veille de la rentrée de septembre.

 

Écouter le podcast

 

Parmi les critiques récurrentes contre Parcoursup, la discrimination entre les postulants. Selon Mathieu Devlaminck, la plateforme rend « impossible l’accès à l’université pour les titulaires de bac professionnels ». Le syndicaliste juge aussi qu’en « fonction de l’endroit où l’on naît on a plus ou moins de chances d’accéder à la Fac plus tard, il y a une vraie rupture d’égalité ».

 

Écouter le podcast

 

Dans une note, le Ministère de l’Education nationale rappelle que pour les filières sélectives, « les lycéens peuvent postuler sur les formations qui les intéressent où qu’elles soient, dans leur académie ou en dehors ». Le critère géographique peut jouer pour des filières non sélectives : « un pourcentage maximum de candidat ne provenant pas de leur secteur de recrutement sera fixé pour chaque formation, dans laquelle le nombre de vœux excède la capacité d’accueil ».

Cette année, plus de 17 800 offres de formation sont proposées sur Parcoursup, dont 5 000 en apprentissage.  Les premières réponses leurs seront communiquées à partir du 27 mai.


De son côté, l’UNL demande la validation automatique de tous les vœux pour « garantir une réelle égalité d’accès à l’enseignement supérieur à tous les lycéens ».