Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info générale

Passage à l'heure d'hiver: augmentation des accidents

27 octobre 2017 à 15h21 Par Benoit Billot
Crédit photo : Pixabay

Lors du changement d’heure durant l’hiver, le nombre d’accidents augmente de +43%. Un phénomène qui s’explique par plusieurs points.

Il va falloir être particulièrement vigilant ce week-end. Tout d’abord, il faudra reculer vos montres d’une heure à partir de 3h du matin ce dimanche, il sera donc 2h du matin. Un passage très redouté par la Délégation à la sécurité et à la circulation routière (DSCR). D’après cette dernière, ce changement a des conséquences sur notre sommeil et nous sommes moins attentifs lorsqu’il s’agit de prendre le volant durant cette période. Le nombre d’accidents a augmenté entre le mois d’octobre et le mois de novembre de +43%. Ce sont principalement les cyclistes et les piétons qui sont concernés par ces incidents.

L’obscurité : raison majeure

Lors du passage à l’heure d’hiver, la nuit tombe plus rapidement et l’obscurité devient l’ennemi des automobilistes et est nettement plus importante lors des heures de pointes. Les piétons sont donc confrontés à cette situation à risque. Concernant les cyclistes, ils n’ont pas encore sortis leurs habits de couleur pour être plus visible. Les fameux gilets ne leur servent guère pendant l’été.

Bien entendu, la DSCR a recommandé aux utilisateurs des vélos de vérifier leur éclairage, mais aussi de porter un gilet rétro-réfléchissant, un casque et d’éviter de rouler sur les trottoirs.

Hausse des cambriolages

Le changement d’heure en hiver n’a pas que du bon. En effet, c'est un passage pendant lequel les cambriolages sont plus importants. C’est durant cette période que les malfrats décident de sévir. En général les cambrioleurs opèrent avant que les gens rentrent du travail, ce qui leur fait gagner du temps. Et surtout la nuit qui tombe rapidement les aide à se cacher pendant leurs opérations. Il est conseillé de laisser une lumière ou un minuteur chez soi afin de faire croire à la présence de quelqu’un dans sa propre habitation.