Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Permis de conduire : « on ne prend pas un cours de piano ! »

06 mai 2019 à 06h00 Par Benoît Hanrot
auto-école Gourserol de Limoges
Crédit photo : Alexandre Gourserol

La semaine dernière en Charente, Christophe Castaner a profité de sa présence aux côtés du Premier ministre pour présenter une dizaine de mesures visant à réduire le coût du permis de conduire de 30%. Des mesures qui font polémique au sein de la profession des moniteurs d’auto-école.

Gratuité de l’apprentissage et du premier examen du code de la route pour les jeunes volontaires en Service national universel, mise en place d’un comparateur en ligne pour choisir son auto-école ou encore l’installation d’un simulateur de conduite dans la formation... Voici quelques-unes des mesures dévoilées jeudi dernier par le ministre de l’Intérieur à l’occasion de son déplacement en Charente. Des mesures qui ont fait bondir certains moniteurs d’auto-école dont Alexandre Gourserol, gérant d’auto-école à Limoges :

Écouter le podcast

Certaines de ces mesures lui posent problème, en particulier celle d’installer un simulateur au sein des auto-écoles alors que d'autres n'ont pas été prises comme celle de modifier le nombre d’heures obligatoire passées en conduite réelle :

Écouter le podcast 

Autre mesure qui pose question, celle de passer son permis de conduire dès l’âge de 17 ans :

Écouter le podcast

Pour réduire véritablement le coût du permis de conduire, Alexandre Gourserol rappelle qu’il existe le CPF, compte professionnel de formation, sur lequel des milliers d’heures de formation ne sont pas utilisées alors qu’elles pourraient servir pour s’entraîner à conduire avant de passer l’examen. Un examen qui a changé à ses yeux depuis l’instauration d’une mesure bien particulière :

Écouter le podcast

A ses yeux, les mesures du ministre de l’Intérieur oublient un point fondamental : la formation : « Tout ce qu’on veut, c’est du moins cher, du plus rapide et parfois jusqu’à payer les élèves pour qu’ils viennent dans nos auto-écoles. On conduit quand même une voiture, on ne prend pas un cours de piano ! ».