Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Poitiers : suite à l’assassinat, le foyer mère-enfant n’a toujours pas rouvert

07 novembre 2017 à 09h50 Par Lucie Claussin
Crédit photo : C'est dans ce foyer que le meurtre s'est déroulé. NRCO ©

Le foyer d'accueil pour les mères seules avec enfant est fermé depuis 10 jours suite au meurtre d'une éducatrice.

Rappel des faits :

Samedi 28 octobre, une éducatrice spécialisée de la maison d’accueil mère enfant de Poitiers a été assassinée sur son lieu de travail. La victime, sans enfant, était mariée avec un homme père de deux enfants. Ce week-end, 300 personnes se sont rassemblées à Poitiers pour rendre un dernier hommage à la victime originaire de Brie. Son frère, pasteur en Martinique a tenu ces quelques mots « Marina est partie en paix. Il y a un an, elle avait vraiment été touchée par Jésus. Au printemps elle s'était fait baptiser. Je sais qu'elle est sauvée."

La meurtrière présumée a avoué les faits

Une jeune femme placée dans ce foyer, âgée de 20 ans a été rapidement soupçonnée et placée en garde à vue.

Elle a avoué les faits et l’homicide volontaire était prémédité. D’origine guinéenne et arrivée en France fin 2015, elle avait été accueillie dans le foyer poitevin, enceinte d’un petit garçon aujourd’hui âgé de 16 mois. C’est l’annonce du risque de retrait de son enfant qu’elle n’aurait pas supporté et c’est pour cette raison qu’elle aurait poignardé l’éducatrice de son foyer.

La veille du meurtre, les services de l’aide sociale à l’Enfance avaient effectué un signalement de cette personne pour mise en danger de sa fille. Le juge avait pourtant décidé de maintenir la jeune femme et son enfant dans l’établissement d’accueil mère-enfant.

Le lieu de vie « Cécile et Marie-Anne » compte six places pour des jeunes mamans avec leur(s) enfant(s) et accueillait quatre mères qui ont été placées ailleurs. Pour l’heure les locaux du foyer sont toujours vides. Le conseil départemental s’interroge sur l’avenir du centre et sur la formation des éducateurs confrontés à des situations de violence.

Les autorités ont ouvert une enquête pour meurtre, pour déterminer les circonstances précises du drame. La meurtrière présumée est toujours en examen pour homicide volontaire avec préméditation.