Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Insolite

Science : ils travaillent sur un implant pour traduire les pensées en paroles

27 avril 2019 à 20h45 Par A.L.
Crédit photo : Pixabay

Des chercheurs en neuroscience travaillent sur un décodeur capable de synthétiser la parole à partir des signaux du cerveau.

Les patients, privés de l'usage de la parole, dans l'incapacité de parler à cause d'un AVC ou d'une paralysie pourront-ils avoir la chance un jour de posséder un décodeur qui transformera les signaux de leur cerveau en paroles ? C'est en tout cas le défi que semble vouloir relever des neuroscientifiques de l’université de Californie, à San Francisco, qui assurent avoir réussi à concevoir ce "décodeur neuronal" capable de déceler dans "l’activité corticale humaine" les paroles qu’un individu souhaite exprimer. 

Une avancée révolutionnaire

C'est dans une étude publiée dans la revue Nature le 24 avril 2019 dernier que les chercheurs ont annoncé avoir réussi à transcrire l’activité cérébrale en mots. "Pour la première fois, cette étude montre que nous pouvons générer des phrases entières à partir de l’activité du cerveau des individus", explique Edward Chang, professeur de neurochirurgie et co-auteur de l’étude dans un communiqué de l’université de Californie. "Notre objectif de longue date, c'est de créer une technique permettant de restaurer la communication pour des patients incapables de parler, que ce soit en raison de problèmes neurologiques comme les AVC ou de maladies comme certains cancers", explique-t-il à l'AFP.

Pour cela, une intelligence artificielle va alors imaginer, à partir de ces signaux électriques, les "mouvements" que feraient ces différents organes. Un deuxième algorithme va ensuite transformer ces mouvements en paroles de synthèse. S'il existe des dispositifs qui aident les patients à composer des mots lettre par lettre par des mouvements des yeux ou de la tête, ces systèmes restent lents et produisent uniquement 10 mots par minute environ, contre 150 pour la parole. À ce jour, cette technologie n'en est qu'à ses débuts et n'a pas encore été testée sur des personnes incapables de s'exprimer.