Info locale

Suicides dans l’Education nationale : les syndicats réclament le dialogue

12 novembre 2019 à 06h00 Par Benoît Hanrot
58 membres de l'Education nationale se sont donnés la mort durant l'année scolaire 2018/2019
Crédit photo : Wikimedia Commons

58, c’est le nombre de personnels de l’Education nationale qui ont mis fin à leurs jours lors de l’exercice 2018/2019. Un nombre déroutant qui révèle un mal-être grandissant du monde enseignant face à un ministère qui refuse toujours d’échanger.

Ces dernières années, on parle beaucoup dans les médias du mal être qui s’abat dans de nombreuses professions. Policiers, gendarmes, pompiers et monde médical. Il y a un autre monde qui souffre également, le monde de l’Education nationale avec ce chiffre paru cette semaine : 58 suicides recensés entre 2018 et 2019 au sein des personnels de l’Education nationale. Nathalie Bucquet est la secrétaire générale du syndicat Sgen-CDFT du Limousin. Notre Education nationale va-t-elle mal en ce moment ?

 

Écouter le podcast

 

Il y a un mois et demi, on apprenait le suicide de Christine Renon, la directrice d’une école maternelle de Pantin en région parisienne, on a d’abord pensé à un geste isolé avant de découvrir ses lettres, en fait pas du tout ?

 

Écouter le podcast

 

Ces derniers mois, les enseignants ont battu le pavé pour exprimer un ras-le-bol général. Le passage à l’acte de certains de leurs confrères est la goutte d’eau risque de faire déborder le vase. Les causes de ces suicides pourraient être liés à différents facteurs, à commencer par la dégradation des conditions de travail :

 

Écouter le podcast

 

Au-delà de ne pas pouvoir suivre la cadence, c’est aussi le manque de clarté dans le plan gouvernemental pour l’Education nationale qui est pointé du doigt. Les enseignants ont l’impression de servir de cobaye face aux empilements de mesures annoncées aussitôt supprimées :

 

Écouter le podcast


Autre exemple concret, la mise en place il y a un an du Pial (pôle inclusif d’accompagnement localisé), une mesure pour l’inclusion des élèves en difficultés. Une mesure expérimentale qui a été généralisée cette année. Le point noir actuel reste tout de même l’absence de dialogue entre les représentants du personnel et le ministère de l’Education nationale. Les réformes fatiguent les professeurs qui en viennent parfois à commettre l’irréparable. Depuis le début de l’année scolaire 2019/2020, 11 suicides ont été répertoriés au sein des personnels de l’Education nationale.