Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Insolite

Swatch : la marque fait dessiner sa nouvelle montre par…une truie !

03 mars 2019 à 18h45 Par A.L.

Pigcasso. C’est le prénom donné à cette truie passionnée de peinture. Pour le nouvel an chinois qui marque le début de l’année du cochon, Swatch a fait appel à elle pour peindre sa future montre.

Le 2 février dernier, la Chine fêtait sa nouvelle année placée sous le signe du cochon. L’occasion pour la marque de montres Swatch de marquer le coup en sollicitant Pigcasso, une truie artiste peintre, pour concevoir sa nouvelle collection baptisée "Flying Pig". Une idée insolite destinée à reconquérir le marché chinois, premier client de l'horloger suisse, qui a vu ses ventes chuter de 10% en Chine lors du dernier trimestre 2018, comme l’a indiqué BFM TV.

Voir cette publication sur Instagram

What? It's just a Swatch painted by a pig, no big deal right? Oink FLYING PIG BY MS. PIGCASSO 🐷🎨 Hit the link in bio for more ☝️ #SwatchXPigcasso

Une publication partagée par Swatch (@swatch) le

Pigcasso n’en est pas à son coup d’essai ! L’animal, qui pèse près de 200 kilos, est considéré comme un vrai artiste peintre : ses toiles abstraites se vendent de 400 à 3000 dollars dans le monde entier. Née dans un élevage porcin d’Afrique du Sud, la truie a été sauvée de l’abattoir à seulement un an par l’association Farm Sanctuary près de Cape Town. Comme tous les autres pensionnaires, dès son arrivée à l’étable, Pigcasso a reçu des jouets. La fondatrice du sanctuaire, Joanne Lefson, a confié que la truie s'était d’emblée ruée sur les pinceaux.

127.000 euros de bénéfices

Depuis ce jour, la peinture est devenue le passe-temps favori de Pigcasso. L’artiste dessine avec le pinceau dans la bouche et signe ses œuvres en trempant son groin dans la peinture puis en le déposant sur la toile. Cette jolie initiative ne s’arrête pas là : l’argent que rapporte Pigcasso est directement reversé à l'association de défense des animaux qui l'a recueillie. En deux ans, l’animal a rapporté 127 000 euros à l'ONG. Bravo !