Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Insolite

Un salarié d'Apple Store fouille dans l'iPhone d'une cliente et vole une photo intime

15 novembre 2019 à 17h00 Par A.L.
Photo d'illustration - Un salarié d'Apple renvoyé pour s'être envoyé sur son propre téléphone une photo intime appartenant à une cliente.
Crédit photo : Pixabay

Un salarié d'Apple qui travaillait dans l'une des boutiques de la marque à la pomme vient d'être licencié après s'être envoyé la photo dénudée d'une cliente trouvée dans l'iPhone de cette dernière.

Scandale chez Apple ! Une cliente américaine d’un Apple Store de Bakersfield, en Californie, a vécu l'impensable. Gloria Fuentes a déposé son iPhone en boutique, le 4 novembre dernier, pour réparation. L’employé qui s'est occupé d'elle est resté de très longues minutes sur le téléphone de la jeune femme. Cette dernière ne s'est alors pas méfiée de quoique ce soit. "Je me disais qu’il faisait son travail, qu’il vérifiait mes informations d’assurance ou que sais-je", explique-t-elle dans un message posté sur Facebook. "Il m’a demandé mon mot de passe deux fois pendant ce temps-là", précise-t-elle.

Une photo intime envoyée à un numéro inconnu

Malheureusement, une fois rentrée chez elle, Gloria Fuentes a eu la désagréable surprise de remarquer qu’une de ses photos, très intime, avait été envoyée par sms à un numéro qu’elle ne connaissait pas. "Quand j’ai vu ça, j’ai eu envie de pleurer. Ce type a été dans ma galerie et s’est envoyé une de mes photos extrêmement personnelles prises pour mon petit ami. Il y avait ma géocalisation, il sait donc aussi où j’habite", a-t-elle confié très choquée.

Face à ce constat, Gloria Fuentes est alors retournée dans l’Apple Store en question pour se plaindre de l'employé malveillant et exiger des explications. Contacté par le Washington Post, le gérant de la boutique a assuré avoir licencié l’employé qui a "agi en dehors des règles strictes concernant la vie privée [des clients Apple]". De son côté, la cliente est libre d'attaquer l’homme en justice si elle le souhaite.