Il survit au tsunami en passant 27 heures dans l’eau

Le volcan Hunga Tonga-Hunga Ha’apai
Le volcan Hunga Tonga-Hunga Ha’apai au lendemain de son irruption le 15 janvier 2022.
Crédit: Handout / Defence Public Affairs / AFP

24 janvier 2022 à 10h51 par Iris Mazzacurati

Un retraité, emporté vers le grand large lors du tsunami qui a déferlé sur l’archipel des Tonga samedi 15 janvier, est resté immergé durant 27 heures et a nagé 8 km, avant de s’en sortir indemne.

Surnommé "Aquaman" sur les réseaux sociaux, Lisala Folau, un charpentier en situation de handicap de 57 ans, était en train de peindre dans sa maison sur l’île d’Atala, lorsque son frère le prévient de l’arrivée imminente d’un tsunami, suite à l’irruption sous-marine du volcan Hunga Tonga-Hunga Ha’apai, situé à une soixantaine de kilomètres des côtes.

En raison de ses difficultés à se déplacer, l’homme ne parvient pas à s’enfuir. Alors que son frère et son neveu se portent à son secours, une vague déferle dans leur salon. Ils se retrouvent séparés. Une deuxième vague plus grosse encore emporte tout. Lisala Folau parvient à grimper sur un arbre, mais lorsqu’il tente de rejoindre la terre ferme, une vague encore plus grande, détruit sa maison, le happe et le rejette à la mer.

Dans la nuit, son fils tente de l’appeler ; Folau garde le silence pour de pas qu’il se mette en danger en lui venant en aide.

A la dérive, il s’accroche à un rondin d’arbre et échoue sur une première île. Il aperçoit alors une patrouille de police maritime, qui ne le voit pas.

Reparti en mer, son périple durera 27 heures en tout. Lisala Folau aura nagé 8 km, jusqu’à enfin rejoindre une autre petite île où des habitants lui sont finalement venue en aide.

La carte de sa dérive a été partagée sur les réseaux sociaux :

Le tsunami qui a suivi l'éruption le 15 janvier du Hunga-Tonga-Hunga-Ha'apai a affecté plus de 80% des quelque 100 000 habitants que compte l'archipel des Tonga, selon les Nations unies.

L'aide humanitaire, acheminée par des avions militaires australiens, néo-zélandais et japonais, a commencé à arriver jeudi dernier, tandis que la France annonce aujourd’hui l’envoie de 10 tonnes de fret depuis la Nouvelle-Calédonie.