Loir-et-Cher : les dresseurs du cirque Poliakov relaxés

L'association a annoncé faire appel de la décision.
L'association a annoncé faire appel de la décision.
Crédit: One Voice

1er septembre 2021 à 17h31 par Guillaume Pivert

Le couple était poursuivi pour sévices graves et mauvais traitements. En 2019, plusieurs animaux dont des ours leur avaient été retirés.

Le tribunal correctionnel de Blois a relaxé ce mercredi 1er septembre un couple de dresseurs. En 2019, l’association animaliste One Voice avait déposé plainte pour actes de cruauté contre le couple Poliakov.

 

L’affaire remonte en réalité à 2018. Un ours, Micha avait été exhibé dans un restaurant de Bagnolet. L’année suivante, les autorités vétérinaires demandaient à ce que l’animal ne soit plus montré au public en raison de blessures. Pourtant, l’animal, malade, sera exhibé dans un spectacle à Racquinghem. Des experts mandatés par l’association viendront ensuite « tirer la sonnette d’alarme à propos de l’état de santé et des conditions de vie » des trois ours Poliakov.

 

Micha, qui présentait notamment des asticots dans les pattes meurent en novembre 2019 après avoir été opérée. Par la suite, les autres plantigrades seront retirés aux dresseurs et placés dans des refuges.

 

Une décision incompréhensible pour One Voice

 

Au prononcé du verdit, l’association a annoncé faire appel de la décision.

 

« Ceci est incompréhensible. Tout se passe comme si les animaux de la faune sauvage étaient corvéables à souhait, à notre merci, et que donc, ils ne souffraient pas ».

 

Maître Arielle Moreau, l’avocate de One Voice indique que « pendant plus de douze années, les exploitants ont laissé des animaux d’espèces domestiques et non domestiques vivre dans des conditions sources de grandes souffrances. [...] En aucun cas ces animaux n’ont été détenus dans des conditions visant à garantir leur bien-être et leur santé ».

 

 

 

 

I