Maine-et-Loire : la mairie de Cholet visée par trois enquêtes préliminaires

Les trois enquêtes ont donné lieu à une journée de perquisition à la mairie de Cholet.
Les trois enquêtes ont donné lieu à une journée de perquisition à la mairie de Cholet.
Crédit: CC0

25 août 2021 à 10h24 par Iris Mazzacurati

Prise illégale d'intérêt, concussion, infractions à la règlementation sur les armes et faux et usages de faux : la mairie de Cholet dans le Maine-et-Loire est actuellement visée par trois enquêtes préliminaires.

Deux enquêtes ont été lancées au premier trimestre, a-t-on appris mardi 24 août auprès du procureur de la République d'Angers, Eric Bouillard. Une première "pour usage irrégulier des armes pendant une période dans la police municipale de Cholet" et une deuxième pour un appel d'offres concernant la salle des fêtes de Cholet, en 2020.

Un premier appel d'offres avait attribué le marché à un cabinet nantais et un second appel d'offres avait ensuite été lancé, attribuant le marché cette fois à un cabinet choletais.

La troisième enquête concerne des soupçons de concussion (perception illicite d'argent par un fonctionnaire) et est liée à une plainte de l'association anti-corruption Anticor, déposée avant l'été, concernant "le calcul des indemnités des élus depuis 2008", a précisé M. Bouillard.

Selon la plainte d'Anticor, il y aurait "trois millions d'euros de trop-perçu depuis 12 ans", a-t-il ajouté.

La mairie de Cholet perquisitionnée

Les trois enquêtes préliminaires, confiées à la police judiciaire d'Angers, ont donné lieu à une journée de perquisition à la mairie de Cholet le 18 août. Cette perquisition avait pour objet de récupérer des notes et documents avec pour objectif notamment "de savoir à quel niveau les décisions ont été prises" concernant les faits reprochés, a expliqué le procureur.

La perquisition a eu lieu en présence du délégué du préfet et en l'absence de maire, les élections municipales de Cholet ayant été annulées par décision du Conseil d'Etat le 20 juillet en raison du non respect de certaines dispositions du code électoral au second tour.

Une des listes n'avait pas été constituée de manière régulière, avait jugé le Conseil d'Etat, portant atteinte à "la sincérité du scrutin".

Les nouvelles élections municipales auront lieu les 19 et 26 septembre.

En juin 2020, Gilles Bourdouleix (DVD), maire depuis 1995, avait été réélu avec 53,95% des voix. La liste à l'origine de l'annulation du scrutin avait obtenu 46,04%.



(Avec AFP)

I