Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

À l’approche de l’hiver, les pédiatres inquiets

28 septembre 2020 à 06h00 Par Alicia Méchin
À l’approche de l’hiver, les pédiatres inquiets
Crédit photo : Pixabay

Comme chaque année, les pédiatres s’attendent à une hausse des consultations en hiver. Mais avec la Covid-19, ils craignent une explosion de la demande. À l’image du Dr Antoine Mercier, pédiatre à Trélazé (Maine-et-Loire).

La fin de l’année s’annonce, en effet, chargée pour les médecins, qui devront à la fois gérer les virus hivernaux (rhumes, grippes, bronchites, gastro ou encore rhino), mais aussi le coronavirus. Les professionnels de santé s’attendent à une nouvelle hausse de leur activité, mais redoutent le pire. C’est pour cela que beaucoup d’entre eux, comme le Dr Antoine Mercier, invitent les Français à se faire vacciner. Objectif : éviter de confondre les symptômes :

 

Écouter le podcast

 

Les pédiatres aimeraient éviter les confusions de ces dernières semaines, pour désengorger les cabinets. A la rentrée, les écoles renvoyaient systématiquement les élèves chez eux en cas de légers symptômes, avec l’obligation de consulter un médecin. Résultat, les pédiatres ont été très sollicités, et très rarement pour des cas de Covid avéré :

 

Écouter le podcast

 

Prenant compte du fait que les enfants étaient peu susceptibles de se contaminer entre eux et de contaminer les adultes, le protocole sanitaire dans les établissements scolaires a alors été allégé. Le gouvernement a ainsi répondu à une tribune publiée par l’Association française de pédiatrie ambulatoire, l’AFPA, qui réclamait le retour des enfants à l’école. Néanmoins, cela ne devrait pas stopper les demandes de consultation.

Ces derniers jours, députés, médecins ou encore pharmaciens se sont prononcés pour une vaccination massive de la population contre la grippe, dans le but d’éviter d’engorger les hôpitaux et cabinets de médecins. Le 21 septembre dernier, Olivier Véran, ministre de la Santé, a déclaré que 30 % de doses supplémentaires de vaccin contre la grippe saisonnière avaient été commandées pour faire face à une éventuelle demande.