Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Alcool, tabac : quelques conseils pour éviter les addictions

02 décembre 2020 à 07h30 Par Etienne Escuer
L'alcool peut vite devenir une addiction.
Crédit photo : Pixabay

Attention à notre consommation d’alcool ou de tabac pendant le confinement et les fêtes de fin d'année.

Une période stressante, des habitudes chamboulées, l'impossibilité de sortir de chez soi : le confinement peut rapidement conduire à augmenter sa consommation d’alcool ou de tabac et devenir dépendant. Idem pour les fêtes de fin d'année, qui peuvent renforcer le sentiment d'isolement de certaines personnes. « Cela peut concerner des personnes dans la difficulté, avec la solitude, l’ennui ou des problèmes du quotidien », confie Wissem Zerroukhat, animatrice de prévention à l’Anpaa, association nationale de prévention en alcoologie et addictologie.

Écouter le podcast

A partir de quel moment peut-on parler d’addiction ? Pour l’alcool, par exemple, les autorités recommandent de ne pas consommer plus de 10 verres standard dans la semaine, avec au moins deux jours sans boire. « On devient dépendant quand cela commence à devenir la priorité, quand on ne pense qu’à ça », détaille Wissem Zerroukhat. « Parfois, on a des symptômes de manque : tremblements, besoin compulsif de consommer. » L’animatrice de prévention conseille alors de se diriger vers des structures de soin. « Du fait du confinement, beaucoup de choses se font par téléphone en ce moment. Pour les personnes qui hésitent, ça peut être déjà une porte d’entrée », poursuit-elle.

 

Écouter le podcast

 

Ne pas hésiter à contacter des professionnels

L’idéal est bien sûr de ne pas tomber dans la dépendance. Pour cela, Wissem Zerroukhat conseille, par exemple pour le tabac, « d’éviter de s’imposer une routine, comme aller fumer à chaque fois que l’on s’arrête de travailler, par exemple ». Il faut donc réussir à s’occuper autrement. « Il y a des choses qui se développent sur des plateformes vidéo pour vous aider, comme faire du sport », explique l’animatrice de prévention.

 

Écouter le podcast

 

Le confinement a aussi pu provoquer un arrêt soudain de la consommation de tabac ou d’alcool. « Certaines personnes n’avaient plus d’occasions pour consommer, comme les fêtes », explique Wissem Zerroukhat. D’autres souhaitent à l'inverse décider de profiter du confinement de ou la fin progressive de celui-ci pour réduire leur consommation. Là aussi, le phénomène peut s’avérer dangereux. L’animatrice de prévention insiste sur le fait de ne pas tenter un sevrage brutal. « C’est dangereux d’arrêter une forte consommation d’alcool comme ça », confie-t-elle. « Il y a plusieurs symptômes de sevrage : tremblements, troubles du comportement, delirium tremens. Il ne faut pas rester seul dans ce cas-là et ne pas hésiter à appeler son médecin traitant ou les urgences. »

 

Écouter le podcast

 

En cas d’addictions, vous pouvez aussi prendre contact avec le CSAPA (centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie) de votre département, composé de médecins, psychologues et professionnels socio-éducatifs, qui peuvent vous recevoir gratuitement et anonymement.