Insolite

Cancer du sein : la coloration pour cheveux augmenterait les risques

11 décembre 2019 à 18h00 Par A.L.
Photo d'illustration - Un risque accru de 9% du cancer du sein à cause des colorations capillaires.
Crédit photo : Pixabay

Une récente étude publiée dans "L'International Journal of Cancer" démontre l'augmentation du risque de cancer du sein chez les femmes utilisatrices de coloration. Explications.

On s'en doutait déjà : se colorer les cheveux présente des risques pour la santé. Mais cette semaine, une étude américaine menée par des chercheurs du National Institute of Health et publiée dans la revue International Journal of Cancer, a mis en avant le risque de développer un cancer du sein chez les femmes adeptes des colorations. Pour arriver à cette conclusion, ces scientifiques ont suivi pendant huit ans 45.000 Américaines, âgées entre 35 et 74 ans, inscrites à la Sister Study. Toutes ces femmes avaient un point commun : une soeur atteinte d’un cancer du sein. L’étude avait pour but de déterminer les causes de la maladie.

Un risque accru de 9% 

Parmi elles, plus de la moitié ont avoué utiliser des produits afin de colorer leurs cheveux de façon permanente. Environ 1 femme sur 10 a également déclaré utiliser un lisseur chimique. Parmi les plus de 45.000 femmes interrogées, 2.794 ont finalement souffert d'un cancer du sein. Les chercheurs ont ainsi constaté que les femmes qui ont utilisé une teinture permanente pour les cheveux régulièrement sont 9 % plus susceptibles de contracter un cancer du sein. Ce risque se porte à 60 % chez les femmes afro-américaines, contre 8 % pour les femmes blanches. "Nous voyons un risque élevé de cancer du sein associé à l’utilisation de la teinture pour les cheveux, et l’effet est plus fort chez les femmes afro-américaines, en particulier celles qui en utilisent fréquemment", a confié à e-sante.fr Alexandra White, auteure et directrice du groupe NIEHS.

"Nous sommes exposées à de nombreux facteurs susceptibles de contribuer au cancer du sein et il est peu probable qu'un seul permette d'expliquer l'origine des risques", a néanmoins nuancé Dale Sandler, épidémiologiste au NIEHS. Les produits lissants chimiques, très utilisés chez les femmes afro-américaines, pourraient ainsi expliquer la grande différence avec les femmes blanches. En effet, selon l'étude, l'usage des lisseurs chimiques augmenterait à lui seul de 18 % les risques de cancer.