Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Dopage : la cycliste du Centre-Val de Loire Marion Sicot suspendue jusqu’en juillet

06 janvier 2021 à 08h58 Par Etienne Escuer
Marion Sicot, lors de l'Amstel Gold Race en 2018.
Crédit photo : Commons - Hoebele / Image d'archives

La cycliste Marion Sicot est désormais fixée sur son sort. Suspendue pour dopage, elle pourra reprendre la compétition en juillet 2021.

Suspendue depuis juillet 2019 après un contrôle positif à l’EPO, Marion Sicot a finalement été suspendue pour deux ans, a décidé l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD). Elle pourra donc reprendre la compétition en juillet prochain. La cycliste du Centre-Val de Loire, âgée de 28 ans, s’est dite « soulagée que son histoire ait été comprise par les instances ». 

Marion Sicot avait reconnu s'être injecté de l’EPO dans l'espoir de regagner la confiance de son manager. Elle a déposé plainte contre celui-ci, le Belge Marc Bracke, auprès du parquet de Montargis (Loiret) pour harcèlement sexuel. Ce dernier l’aurait mise à l’écart parce qu'elle avait décidé d'arrêter de lui envoyer des photos d'elle en sous-vêtements, comme il le lui avait demandé au prétexte de contrôler son poids et sa forme physique. « Je peux enfin voir le bout du tunnel après plus de 2 ans d’un enfer qui avait commencé avec le harcèlement subi dans mon équipe et pour lequel j’attends encore le jugement qui devrait intervenir dans les prochaines semaine », confie la cycliste.

Marc Bracke « a imposé à cette sportive un comportement humiliant à connotation sexuelle et qui n'avait à l'évidence aucune justification sportive et s'est livré à un harcèlement sexuel d'autant plus inadmissible qu'il connaissait la précarité de la situation de la jeune femme et ne pouvait ignorer l'emprise qu'il exerçait sur elle du fait de ses fonctions de dirigeant », a relevé la commission des sanctions de l'AFLD dans sa décision. Cette décision « montre qu’elle sanctionne les athlètes qui ont fauté tout en appréhendant le contexte dans lequel est intervenu la pratique dopante », s'est félicité l'avocat de Marion Sicot, Antoine Woimant. Marion Sicot finalement actuellement l’écriture d’un livre.

(Avec AFP)