Info locale

Femmes battues : la préfecture des Deux-Sèvres décrète l’état d’urgence

13 septembre 2019 à 08h30 Par Lucie Claussin
90 % des violences exercées sur les femmes prises en charge par l'hôpital de Niort ont eu lieu au sein de la famille.
Crédit photo : Pxhere ©

Il est temps d’agir. En parallèle du premier Grenelle des violences conjugales, la préfecture des Deux-Sèvres a décidé de prendre des mesures afin de mieux accompagner les femmes victimes de violences conjugales.

La préfecture des Deux-Sèvres vient de décréter l’état d’urgence au sujet des femmes battues dans le département. Depuis le début de l’année 2019, 490 procédures ont été ouvertes par le parquet de Niort pour des violences faites aux femmes. C'est 40 % de plus que l'an dernier pour la même période.  À savoir que 90 % des violences exercées sur les femmes prises en charge par l'hôpital de Niort ont eu lieu au sein de la famille. Pour accueillir les femmes victimes de violences, la préfète des Deux-Sèvres, Isabelle David, a énoncé hier les mesures et dispositifs instaurés.

A partir du lundi 16 septembre, un intervenant social qui sera salarié de l'association France Victimes 79, sera présent dans une annexe du commissariat de Niort pour recueillir les témoignages des victimes de violences conjugales. Ce dispositif, qui avait été arrêté faute de moyens par le passé, sera assuré un an. Des formations à destination des forces de l'ordre afin d'améliorer l'écoute et la prise en charge des femmes vont également être mises en place.Un travail est aussi en cours avec l’hôpital pour une prise en charge pluridisciplinaire des victimes .

 Le nombre d'hébergements d’urgence va aussi être revu à la hausse de même pour les logements temporaires. Pour que le système soit plus efficace et que tous les acteurs de la chaîne travaillent au mieux, des tours de table auront lieu deux fois par mois, afin de mettre en lien police, gendarmerie, magistrats du parquet, l'association France victimes et le Département pour faire un point régulier sur les signalements en cours.