Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Rédaction

Fête de la musique à Montargis : l'agresseur du policier condamné !

28 juin 2017 à 13h50 Par Rédaction

Une interpellation avait mal tourné pour un policier lors de la Fête de la musique à Montargis. Un homme lui avait porté un coup par derrière. Verdict : 16 mois de prison.

La Fête de la musique à Montargis avait viré au cauchemar le mercredi 21 juin dernier. Un policier avait été sauvagement agressé par un homme alors qu’il était en train d’interpeller une personne lors d’une bagarre. Le fonctionnaire de police avait été blessé au niveau de la nuque.

Les faits

Alors que la fête bat son plein à Montargis, une bagarre éclate dans le centre-ville vers 23h30. Un policier de la section d’intervention d’Orléans s’est alors interposé avec un de ses collègues pour assurer la sécurité. Le fonctionnaire agressé, tentait de maîtriser un homme vraisemblablement ivre. A ce moment précis, un ami de la personne interpellée a surgit et a asséné un coup au niveau de la nuque du policier. Un coup relativement violent grâce à l’aide d’une arme de type poing américain. Le policier a alors perdu connaissance et a dû être emmené d’urgence au centre hospitalier d’Amilly.

L’agresseur présumé a pu être arrêté un peu plus tard dans la nuit par la Brigade Anti-Criminalité de Montargis.

16 mois de prison ferme

L’agresseur a été présenté en comparution immédiate devant le tribunal de Montargis quelques jours après les faits, soit le lundi 26 juin. Il devait répondre pour violences aggravées sur un fonctionnaire de police, entraînant trente jours d’incapacité de travail. Si le procureur a demandé 24 mois de prison, le prévenu écope d'une peine de 16 ans d’emprisonnement.

Un policier agressé aussi à Orléans

La police n’a pas connu que des mésaventures à Montargis. A Orléans le même soir, un représentant des forces de l’ordre a été frappé lors d’une intervention. Contrairement à son collègue de Montargis, il a été touché au niveau du cou de manière plus légère. Aujourd’hui les deux policiers visés par ces agressions vont mieux.