Info locale

Grand Poitiers : bientôt une chaufferie qui fonctionnera à la paille  

25 juin 2019 à 04h30 Par Lucie Claussin
Crédit photo : Pixabay ©

À l’heure où l’écologie est au centre de nos préoccupations, de gros changements se mettent en place peu à peu, pour faire du bien à notre planète et à notre porte-monnaie.

Grand Poitiers tourne le dos aux énergies fossiles et veut permettre à tous de se chauffer écologiquement ! Depuis 9 ans, les habitants du quartier des Couronneries bénéficient d’un réseau de chaleur qui fonctionne grâce à une chaufferie bois et aussi grâce à la récupération d’énergie de chaleur sur l’usine d’incinération. Mais du nouveau se profile à l’horizon.

D’ici deux ans, une partie du réseau chaleur sera chauffée grâce à de la paille ! Du quartier des Couronneries jusqu’aux Trois-Cités, plus de 3000 logements pourront en profiter. Isabelle Bloudineau, vice présidente du Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine en charge de l'Europe nous explique en quoi consiste ce projet :

Écouter le podcast

Dans le détail, le réseau de cette chaufferie qui s’inscrit dans un projet d’économie circulaire et qui sera le plus grande de la région Nouvelle-Aquitaine, passera par une partie des quartiers de Beaulieau et de la Gibauderie. Ainsi seront chauffés des logements et des bâtiments publics dont un lycée.

Pourquoi la paille pour alimenter cette chaufferie ?

Pour fonctionner, cette chaufferie respectueuse de l’environnement, aura besoin de 6000 tonnes de paille par an. Un chiffre conséquent, mais totalement réalisable dans ce secteur :

La chaufferie sera alimentée via un circuit-court, grâce à une matière première produite localement.

Une chaufferie synonyme de transition énergétique 

Cette extension du réseau va faire un grand bien à notre Terre. En effet, la chaufferie permettra de réduire de 23 000 tonnes le Co2 soit l’équivalent de 11 000 voitures. Une énergie plus propre qui aura coûté 18 millions d’euros. La région a par ailleurs débloqué six millions d’euros d’aides grâce à l’enveloppe du Fond Européen de Développement Régional. En effet, l’Union Européenne qui a un axe sur la transition climatique soutient fortement ce type d’initiative.

D’ici deux ans, le réseau de chauffage urbain livrera 70 % de chaleur « renouvelable » dans plus de 12 500 logements au total et permettra la création de neuf emplois.