Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Flash

Grève SNCF : le cauchemar des usagers pourrait se prolonger au-delà de juin

08 avril 2018 à 12h45 Par Stéphane Hubert
Crédit photo : Pixabay

Le mouvement de grève de la SNCF qui a repris hier soir pourrait se poursuivre bien plus longtemps que prévu.

La grève perlée de la SNCF a repris aujourd’hui avec un taux de suivi de 35% de la part des cheminots. Le trafic devrait donc s’en trouver à nouveau très perturbé. Les lignes TGV seront fortement impactées. Notons également que 3 Eurostars sur 4 circuleront, 1 TER sur 3 et seulement 1 Intercités sur 5.

Les syndicats des cheminots ont annoncé que ce mouvement était renouvelé pour l'instant jusqu’au 28 juin.

Voici les dates plus précises d’appel à la grève pour les mois à venir :

-Avril : les 8,9,13,14,18,19,23,24,28 et 29

-Mai : les 3,4,8,9,13,14,18,19,23,24 et 29

-Juin : les 2,3,7,8,12,13,17,18,22,23,27 et 28

Pourtant, le cauchemar des usagers pourrait ne pas s’en tenir à ces dates-là.

Des vacances d’été compliquées pour les Français ?

En effet, alors que le conflit entre les cheminots et le gouvernement semble dans une impasse, le mouvement de grève pourrait être prolongé au-delà du 28 juin. C’est une déclaration de Laurent Brun, le secrétaire général de la CGT-Cheminots, qui laisse entrevoir le pire pour les usagers. Interrogé à l’issue de nouvelles négociations qui ont échoué vendredi soir, il s’est confié sur la possibilité d’une prolongation de celle-ci «au-delà du mois de juin » si le gouvernement persiste dans « la posture dans laquelle il est actuellement ». Le syndicaliste préfère prévenir que lui et les autres grévistes sont prêts à « tenir un marathon si le gouvernement nous (l')impose ».

Une nouvelle qui va faire frémir les familles et autres usagers qui avaient prévu de partir en vacances en train en juillet. En attendant, les Français s’adaptent et sollicitent de plus en plus les moyens de transport alternatifs comme le covoiturage. En espérant tout de même que les cheminots et le gouvernement finissent par s’entendre d’ici-là, et que le trafic reprenne son cours sur des bases plus saines.