Info locale

La vaisselle en porcelaine dans les crèches de Limoges, c’est pour bientôt !

12 mars 2019 à 06h00 Par Alicia Mechin
Crédit photo : Pixabay

La ville de Limoges poursuit son combat contre les perturbateurs endocriniens, et va bientôt changer toute la vaisselle des crèches de la ville. Fini les assiettes en mélamine, et place à la porcelaine !

En janvier 2015, le maire de Limoges, Emile-Roger Lombertie, a signé une charte « ville santé citoyenne », dans laquelle il entend mener plusieurs actions pour la santé des habitants. Parmi elles : la lutte contre les perturbateurs endocriniens ! Après la suppression des biberons en plastique dans les crèches, ou les lingettes dans les écoles maternelles, la ville s’attaque à la vaisselle.

Un cabinet aquitain a été missionné pour cibler tout ce qui pouvait être modifié dans les crèches pour voir des « crèches zéro perturbateurs endocriniens ». Il a alors conseillé d’utiliser des matériaux inertes pour la vaisselle. Limoges étant une ville de porcelaine, c’est tout naturellement que la ville s’est tournée vers des acteurs locaux.

Ainsi, le « croquis » du plateau a été dessiné par Théa Dessagnes, étudiante en BTS Design au lycée Raymond Loewy, à la Souterraine. Les moules ont ensuite été conçus au lycée technique du Mas Jambost à Limoges. Limoges en est désormais à la dernière étape, la production. Précisions de Nadine Rivet, adjointe au maire en charge de la petite enfance :

 

Écouter le podcast

Ces nouvelles assiettes/plateaux devraient être mises en place d’ici la fin du mois. Mais pour les entreprises partenaires, et notamment la Fabrique de Porcelaine, ce projet pourrait avoir des répercussions économiques intéressantes. En effet, de nombreuses collectivités se sont déjà montrées intéressées, notamment en Nouvelle-Aquitaine.

Pour la ville de Limoges, ces changements ont évidemment un coût. Mais avec le temps, la municipalité devrait y gagner :

Écouter le podcast

 

Si la ville se penche principalement sur les crèches, elle n’exclut pas à l’avenir de vouloir développer sa lutte contre les perturbateurs endocriniens aux plus âgés.