Info locale

Nouvelles technologies : nos écrans dirigent-ils nos vies ?

19 avril 2019 à 06h00 Par Benoît Hanrot
Crédit photo : Pixabay

Qu’un enfant d’un an joue avec une tablette tactile ou qu’un autre ait un téléphone portable à l’âge de 7 ans, est-ce bien normal ? Un rapport vient de dévoiler les mauvaises habitudes des parents et les appellent à se responsabiliser.

En 2017, les enfants de 1 à 6 ans passaient en moyenne 4h37 devant Internet chaque semaine. À cette période, 36% des 7 – 12 ans et 34% des 13 – 19 ans possédaient déjà leur propre tablette. Face à ce constat, l’Académie des sciences, l’Académie nationale de médecine et l’Académie des technologies ont lancé la semaine dernière un appel à la vigilance raisonnée sur les technologies numériques et notamment nos écrans. Pour tenter d’expliquer ce phénomène, nous avons contacté Nicole Pignier, sémiologiste et professeur d’Université à Limoges. En premier lieu, elle évoque le design des applications et plateformes numériques choisis par les industriels pour taper dans l’œil des consommateurs. Mais ce n’est pas l’unique raison :

Écouter le podcast

Le problème aujourd’hui, ce ne sont pas les technologies numériques mais plutôt leur usage. Pour Nicole Pignier, on a fait de ces technologies « notre milieu, notre vie et c’est de là qu’adviennent tous les problèmes car il n’y a plus d’extérieur ». Lorsque l’on prend conscience de cela, cela pose de nouveaux questionnements. Outre l’aspect sécuritaire, pourquoi un parent fournit-il un écran à son enfant de moins de 10 ans ?

Écouter le podcast

Et ce sentiment de devoir être à la hauteur de l’autre, on le retrouve aujourd’hui dans de nombreux domaines, en particulier dans le monde du travail. Nicole Pignier nous confiait que chez certains professeurs, le fait de ne pas vouloir faire des technologies numériques un pilier pour construire son cours, pouvait être mal vu voire pointer du doigt. La question est simple : se dirige-t-on vers une forme totale de dématérialisation ?

Écouter le podcast 

Aujourd’hui, l’un des paradoxes les plus connus de ce monde des technologies numériques, c’est que leurs créateurs de la Silicon Valley font tout pour ne pas exposer leurs enfants à ces technologies, en les inscrivant par exemple dans des écoles où les écrans sont exclus.