Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Orléans, Châteauroux, Angers : L214 manifeste contre l’élevage intensif ce samedi

15 janvier 2021 à 11h21 Par Etienne Escuer
Image d'illustration. Un élevage intensif de volailles en Vendée.
Crédit photo : L214

Plusieurs rassemblements contre l’élevage intensif sont prévus en France ce samedi 16 janvier à l’initiative de L214.

L’association animaliste L214 appelle ce vendredi Emmanuel Macron à élaborer « un plan de sortie de l'élevage intensif », qu’elle accuse d’être responsable de l’apparition de nouvelles pandémie. Plusieurs rassemblements sont ainsi prévus ce samedi un peu partout en France : à Orléans place Albert 1er à 14h30, à Châteauroux rue Victor Hugo à 10h ou encore à Angers sur l’Esplanade Cœur de Maine à 14h. « Dans chaque ville, une bande-son et une banderole en forme de masque géant accompagnent ce happening solennel. Des militants équipés de panneaux illustrant les causes de ces nouvelles épidémies alertent les citoyens et enjoignent le président de la République à prendre des mesures pour agir sur les causes de développement de ces maladies », expliquent les militants. L214 invite également à interpeller les maires des communes sur les réseaux sociaux.

« Prévenir une prochaine épidémie implique inévitablement de repenser l'action publique en élaborant un plan de sortie de l'élevage intensif », poursuit L214, également à l'initiative d'une pétition en ligne. « Les conditions d'élevage et la déforestation, elle-même fortement liée à la production de viande, sont aujourd'hui deux causes parfaitement identifiées » de zoonoses, des maladies issues de pathogènes animaux, comme le Covid-19, soutient L214. Un rapport du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) identifiait d’ailleurs en juillet sept facteurs humains à l'origine de l'émergence des maladies zoonotiques, parmi lesquels le changement climatique mais aussi la « demande humaine accrue en protéines animales et l'intensification de pratiques agricoles non durables ».

(Avec AFP)