Insolite

Payer son loyer en affichant de la pub à son balcon sera bientôt possible !

08 octobre 2019 à 20h30 Par A.L.
Joindre les deux bouts en affichant de la publicité à son balcon, un nouveau moyen pour s'enrichir ?
Crédit photo : Pixabay

Pour de nombreuses personnes, il est souvent difficile de joindre les deux bouts. À l’occasion de ses 40 ans, une chaîne de supermarché a lancé une idée hors du commun : proposer aux habitants d'afficher de la publicité à leur balcon pour gagner de l'argent et ainsi subvenir à leurs besoins.

C'est désormais devenu monnaie courante : la publicité est omniprésente dans notre quotidien. Télévision, radio, magazines, smartphones... Il ne se passe pas une journée sans que notre regard ne soit détourné par l'une d'entre elles. Un filon sur lequel une chaîne de supermarchés a décidé de surfer.

En effet, le géant du commerce portugais, Minipreço, a voulu marquer le coup pour fêter ses 40 ans. À l'occasion de son anniversaire, cette chaîne a proposé aux habitants du quartier de l'Alfama à Lisbonne, au Portugal, d’étendre des publicités à leur balcon plutôt que leur linge pour les aider à joindre les deux bouts, et notamment payer leur loyer, comme le rapporte le quotidien portugais Público.

Une publicité contre un bon d’achat de 50 euros

Le principe est simple : si les habitants acceptent d’afficher de la publicité pour les supermarchés Minipreço sur leur balcon, ils recevront en contrepartie des bons d’achat de 50 euros. Si cette idée peut paraître ingénieuse, elle fait pour autant polémique. En effet, certains habitants regrettent amèrement cette opération marketing. "On dénature l’espace public pour les intérêts des entreprises. On exploite les problèmes des gens", a déclaré un habitant.

Il faut dire qu'à Lisbonne, de nombreuses personnes sont contraintes de quitter leur logement entre tourisme de masse et hausse des loyers, comme l'explique le quotidien portugais. "Entre 2015 et 2017, selon une étude de l'Institut de géographie et d'aménagement du territoire de l'Université de Lisbonne, 150 appartements ont été achetés, mais un seul dans le but de le posséder et d’y habiter. La plupart ont été convertis en hébergements touristiques, d’autres sont restés vides", rappelle-t-il. Selon des statistiques relayées par le quotidien Jornal de Negocios, en 2018, 15 000 logements lisboètes étaient placés sur les plateformes de location de courte durée comme AirBnB et 77 % d'entre eux servaient uniquement à cette fin. Un triste constat pour la capitale portugaise...