Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Le Morning Forum

Top 3 des idées reçues sur la grève des cheminots

19 avril 2018 à 06h00 Par Michaël Maistre
Crédit photo : Pxhere

Pas de grève de la gratuité, ni de service minimum !

Nous sommes à nouveau en pleine grève des cheminots. Une grève qui s’arrête et reprend régulièrement. Il y a beaucoup d’idées reçues à ce propos.

Top 3 des idées reçues sur la grève des cheminots

Grève perlée
On entend partout que les cheminots font une grève perlée. Cela signifie que les salariés ralentissent volontairement ou font mal leur travail, mais sans s’arrêter. La grève perlée est illégale. Pour les cheminots, il faut parler de grève intermittente ou en pointillé. 

Grève de la gratuité
Une idée qui a été reprise même par des politiques : “les cheminots feraient mieux de faire la grève de la gratuité”. Pourquoi ne pas simplement éviter de faire payer les voyageurs ? La SNCF serait bien embêtée et la grève serait populaire auprès des usagers. Sauf que c’est interdit ! Un contrôleur qui ne vérifierait pas les billets pourrait être sanctionné pour faute professionnelle, comme n’importe lequel d’entre nous qui ne ferait pas son travail.

Service minimum
Beaucoup pensent qu’il y a un service minimum. Ce n’est pas vrai : la loi oblige seulement la SNCF à informer de manière fiable les passagers sur les trains qui circulent, 24 heures à l’avance. C’est pour ça que les grévistes doivent se déclarer deux jours avant. Mais si tout le monde fait grève, il n’y aura aucun train !