Corps découverts à Trôo : il s’agit d’un meurtre suivi d’un suicide

La thèse du meurtre suivi d'un suicide s'est confirmée hier.
La thèse du meurtre suivi d'un suicide s'est confirmée hier.
Crédit: Etienne Escuer - Rédaction

17 septembre 2021 à 7h08 par Théo Palud

Après la macabre découverte ce mercredi de deux corps, ceux d’un père et de sa fille de 2 ans dans une maison à Trôo (Loir-et-Cher), les investigations et autopsies réalisées confirment l’acte criminel du père envers sa fille avant de se suicider.

C’est donc bien un meurtre suivi d’un suicide qui s’est produit mercredi dans une maison de Trôo, dans le Loir-et-Cher, rapporte le journal de la Nouvelle République. Cette thèse a été confirmée hier en fin de journée par le procureur de Blois, à la suite des investigations et des autopsies réalisées sur les corps des deux victimes. Il s’agit pour rappel d’un père de 48 ans et de sa fillette de 2 ans. C’est un proche qui a découvert les victimes il y a deux jours, inquiet de ne pas avoir de nouvelles.

Selon le magistrat, la jeune victime a été atteinte de deux balles de carabine dans le haut du corps dont une au niveau du cœur. Trois coups de feu dont un mortel ont été relevés sur le corps du père, des "conditions de tirs" qui seraient "compatibles avec un suicide".

Une piste d’autant plus plausible que le quarantenaire a laissé sur place des écrits indiquant ce qu’il comptait faire.

La mère de la fillette et son père venaient de se séparer récemment. Après le drame, une aide psychologique lui a été proposée par l’antenne départementale de l’association France Victimes, relate le quotidien régional. Le couple n’était pas connu de la gendarmerie, aucune plainte n’avait été déposée pour conjoint violent suite à cette rupture.

I