Grève des enseignants ce jeudi pour demander plus de moyens

Une salle de classe.
Image d'illustration. Une salle de classe.
Crédit: Commons - Clio

22 septembre 2021 à 16h30 par Étienne Escuer

Une intersyndicale appelle à la grève ce jeudi 23 septembre pour demander plus de moyens pour l’Éducation Nationale.

Les enseignants en grève ce jeudi 23 septembre. Une intersyndicale appelle à se mobiliser de la maternelle au lycée pour réclamer plus de moyens. Confirmant les craintes des syndicats, la rentrée, une nouvelle fois placée sous le signe du covid, fut « compliquée » dans certains établissements, selon Laurianne Delaporte, co-secrétaire départementale du SNUipp-FSU45. « La première semaine, nous n’avons par exemple pas reçu de masques pour les enseignants », explique-t-elle. 

 

Le mot d’ordre de cette première journée de mobilisation de l’année scolaire est le même que depuis des années : plus de moyens. Selon Laurianne Delaporte, la crise sanitaire a notamment permis « de mettre la loupe » sur la question des effectifs. « Quand on est revenu du premier confinement, on cherchait à alléger les effectifs. On s’est rendu compte que c’était beaucoup plus facile d’accompagner les élèves », confie l’enseignante syndicaliste. « Il aurait fallu faire la même chose lors de la rentrée qui a suivi, mais on se retrouve encore cette année avec des classes à près de 30 élèves en maternelle et en élémentaire. Ça devient difficile d’adapter le travail à chaque enfant. »

 

Revalorisation des salaires

 

Problème, pour alléger les classes, il faudra forcément recruter, alors que le personnel se fait de plus en plus rare. « On demande une revalorisation des salaires pour rendre le métier plus attractif », explique Laurianne Delaporte. « Le point d’indice est gelé depuis des décennies, et même le ministre reconnait que ce que gagnent les enseignants n’est pas extraordinaire. » La proposition de Jean-Michel Blanquer de revaloriser les débuts de carrière n’est pas jugée suffisante par les syndicats. « Pour tous les enseignants qui sont déjà en poste depuis des années, qui n’auront donc pas droit à la revalorisation et qui seront moins bien payés, c’est injuste », estime la co-secrétaire départementale du SNUipp-FSU45.

 

Le syndicat SNUipp-FSU demande aussi au gouvernement de tenir ses promesses d’aides administratives pour les chefs d’établissements, ou un meilleur statut pour les AESH, qui aident les élèves en situation de handicap. A Orléans, un rassemblement est prévu ce jeudi 23 septembre à 14h devant l’inspection d’académie.

I