Indre-et-Loire : des retards de livraison et une hausse des prix des jouets

Indre-et-Loire : pas de pénurie, mais des retards de livraison de jouets !
Image d'illustration
Crédit: Pixabay

22 septembre 2021 à 7h26 par Alicia Méchin

Les magasins de jouets ont déjà les yeux rivés sur Noël, et doivent faire face aux conséquences de la crise sanitaire. Si une pénurie de jouets est peu probable selon les professionnels du secteur, des retards de livraison sont néanmoins enregistrés. Exemple au Jouet Club de Chambray-les-Tours (Indre-et-Loire)…

Relativement épargnés l’an dernier, les professionnels du jouet subissent actuellement les conséquences de la crise de la COVID-19. Et pourtant, beaucoup ont anticipé les choses. À l’image de Lucas Poitel, responsable adjoint du Joué Club de Chambray-les-Tours. « On a passé les commandes au mois de mars, pour qu’elles puissent arriver à Noël (...) on a tout fait livrer en août et en septembre ».

Mais malgré cela, des complications viennent enrayer la machine, notamment du côté du transport des marchandises. « Les conteneurs ont longtemps été bloqués en Europe parce qu’ils ne pouvaient pas accéder aux ports », nous explique Lucas Poitel. Il y a donc actuellement des embouteillages dans les ports chinois.

Lucas Poitel :
Lucas Poitel :
Crédit: Lucas Poitel :

La dure loi de l’offre et de la demande

Les conteneurs sont aussi moins nombreux, car beaucoup ne sont pas encore arrivés en Asie. Entre alors en jeu la dure loi de l’offre et de la demande. Les prix des transporteurs ont explosé, et cela devrait se ressentir dans les prix des jouets.

« Ce qu’on a comme retour c’est qu’un conteneur pour de l’Asie à la France, c’était 3000 euros. Aujourd’hui, on est plus dans les alentours de 18 à 20 000 euros », précise Lucas Poitel. Alors si les fournisseurs ont bien amorti cette augmentation en réduisant leurs marges, une hausse du prix des jouets reste néanmoins inévitable. « Par exemple, un produit qu’on vendait 19,99 euros, cette année il sera à 21,99 euros ».

 

Anticiper ses achats

 

Malgré toutes ces complications, les professionnels du jouet se veulent rassurants. Ils ne craignent pas de stock, même si l’approvisionnement prend un peu de retard. En revanche, par sécurité, ils recommandent aux parents d’anticiper leurs achats. « Il y aura toujours des jouets dans les magasins. Il faudra peut-être tout simplement être plus flexible sur la liste du Père Noël », prévient Lucas Poitel.

Comme chaque année, certains produits seront plus prisés que d’autres… À commencer par l’ours Kubby, véritable best-seller ces dernières années, et qui devrait cet hiver encore être dans les listes du père Noël. Les jeux de société, les circuits de billes, ou encore les conteuses à histoire pour les bébés sont également dans les tendances 2021.

I