Assises d’Indre-et-Loire : l’accusé nie avoir étouffé une nonagénaire avec une madeleine

Le palais de justice de Tours.
Le palais de justice de Tours.
Crédit: Le palais de justice de Tours.

11 mai 2022 à 12h19 par Étienne Escuer

Le procès de l’assassinat d’une nonagénaire s’est ouvert ce mercredi 11 mai à Tours. L’accusé clame son innocence.

« Je maintiens mon innocence. Je viens de faire 1.170 jours de prison. Trois ans d'humiliation, séparé de ma femme. J'espère que la vérité sortira et que mon innocence sera reconnue. » A l'ouverture de son procès devant la cour d'assises de Tours pour assassinat, l’accusé continue de clamer son innocence. Cet homme d’une soixantaine d’années est soupçonné d’avoir étouffé une nonagénaire avec une madeleine, sur fond de viager qui s'éternise, en mai 2019.

 

L'accusé avait rendu visite à la victime quelques minutes avant, apportant un paquet de madeleines. Il avait verrouillé la porte de la chambre, un comportement jugé suspect par le personnel soignant de l’Ehpad. L'autopsie a mis en évidence un étouffement par un corps étranger, mais n’a pas permis de déterminer l'intervention ou non d'un tiers. Durant l'enquête, l'accusé a assuré ne pas avoir porté de madeleine à la bouche de la victime qui était, selon lui, encore en vie au moment de son départ.

 

Parmi les éléments qui jouent contre lui, l’accusé était lié à la nonagénaire par un viager, contracté en 1995. Cette forme d'achat ne lui permettait pas de revendre la demeure pour se lancer dans un projet immobilier. Au moment des faits, il avait d’ailleurs pris contact avec des agences immobilières. L'instruction a relevé 47 appels à des professionnels. Il avait aussi augmenté la fréquence de ses visites à l'Ehpad.

 

Le verdict est attendu vendredi soir.

 

 

(Avec AFP)